Le niveau était particulièrement relevé

La météo s’est finalement révélée assez clémente ce week-end à l’occasion de la manche belge du Championnat d’Europe de Rallycross. Hormis une petite averse samedi après-midi lors des essais officiels, la piste du Circuit du Duivelsberg est finalement demeurée sèche. Des conditions idéales pour les 12.000 spectateurs enthousiastes présents autour du circuit, mais des conditions moins favorables pour François Duval, un pilote dont l’extraordinaire car control est célèbre. Sur une piste sèche, c’est la puissance qui fut déterminante.

En 2010, François Duval avait été le premier pilote belge de l’histoire à remporter une manche du Championnat d’Europe dans la catégorie-reine. Dans le cadre de sa préparation, François a terminé voici quelques semaines deuxième d’une épreuve du Championnat de France sur une Peugeot 207 ‘type WRC’ de l’équipe française Pailler Compétition. Ce week-end, à Maasmechelen, François a retrouvé cette monture, arborant désormais fièrement les couleurs de Gordon Finest Beers. “Le contexte n’est cependant pas tout à fait le même,” relatait François. “En France, tous les concurrents doivent rouler avec des pneus Kumho, qui possèdent une gomme très dure et sont donc moins efficaces que les Avon que nous utilisons ce week-end. Nous devons donc adopter d’autres réglages. Sur ce plan, Jean-Luc Pailler possède évidemment une expérience très utile. Ce que nous ne pourrons pas changer par contre, c’est que nous ne pouvons pas utiliser le frein à main. Notre Peugeot est dépourvue de différentiel central et les différentiels ne se débloquent donc pas quand on utilise le frein à main. C’est un petit désavantage car je ne peux pas compenser les dérives de la même façon. En rentrant dans les courbes, je dois couper les gaz pour rester à la corde.”

Dès les séries qualificatives, la bataille s’avérait particulièrement rude. Parfois trop même. En troisième manche, François se faisait ainsi couper la trajectoire par Frode Holte, qui allait terminer son week-end au deuxième rang de la Finale A. En deuxième manche, le pilote Gordon était poussé dans le bac à sable… “Certains pilotes sont tout simplement fous,” riait François. “Cette année, le tour ‘joker’ a été modifié. Sa sortie se situe désormais dans l’épingle. Celui qui empruntait ce tour ‘joker’ revenait sur le tracé normal en coupant la trajectoire des autres pilotes. Normalement, le pilote effectuant son tour ‘joker’ devait céder le passage. Ce qui n’était pas souvent le cas. Holte a ainsi complètement ruiné ma troisième manche qualificative. J’ai aussi été étonné du haut niveau de compétition cette année. Il était beaucoup plus élevé que l’an dernier. En catégorie Supercars, dix pilotes pouvaient remporter la course.”

En raison de ces deux incidents, François devait finalement se contenter de la Finale C. Et dès le premier tour, il devait renoncer: “Au départ, j’ai directement ressenti qu’il y avait un problème au niveau de la transmission. J’ai quand même pu démarrer. Mais en deux roues motrices seulement, je n’avais aucune chance. Je me suis donc directement rangé sur le côté.”